Lundi 16 septembre 2013 1 16 /09 /Sep /2013 13:34

OK, je vous entends (les quelques lecteurs militants qui passent encore par ce blog) vous agiter pour me faire comprendre qu'il serait temps que je m'y remette un peu sérieusement.
Non mais oh, est-ce qu'on avait pas dit que les vacances étaient finies?!

 

Bon, je vous avoue qu'en fait, ma rentrée culturelle n'a pas encore eu réellement lieu. Ce sera chose faite ce week-end, mais avec Que ma joie demeure (Ô bonheur!), dont je vous ai déjà parlé ici, et donc évidemment sur lequel je ne reviendrai pas! (on va quand même pas trop radoter!)

Sinon, mes saisons Théâtre de la Ville, TOP de Boulogne-Billancourt, Opéra et autres ne reprennent que la semaine prochaine.
Mais promis, j'essaierai de vous tenir au courant, un peu.
Et même, pour pousser encore plus loin, cette année, j'essaierai aussi de ne plus vous pondre des articles sur des spectacles qui ne se jouent plus. Ce ne serait pas fantastique, ça, dites?

 

Ah puis tiens, cette année, je pense aussi à vous parler de BD. A voir si ça vaut le coup: j'ai beau aimer ça, j'ai peur de ne pas être à la pointe de la nouveauté, donc si c'est pour vous parler de choses que tout le monde connaît déjà depuis des années, je m'abstiendrai peut-être. Affaire à suivre, disons.

 

Alors en attendant, je tente désespérement d'avoir une place pour La Dame aux Camélias à l'Opéra. Surtout que je veux des dates particulières, rapport aux distributions et à mon culte fanatique de certains danseurs, vous voyez. Mais je commence à me dire que je vais devoir faire le deuil de ce spectacle. Cette vie est parfois cruelle!


Sinon, j'ai aussi découvert la joie des festivals de musique sous la pluie, ce week-end. Autant vous dire que trois jours à gambader dans la boue (dans des bottes qui me faisaient atrocement souffrir!), à dormir dans des tentes humides et dans des fringues mouillées, à grelotter de froid, ça n'a pas été la meilleure expérience de ma vie (enfin le côté boue était un peu rigolo, quand même!). Autant vous dire aussi qu'aujourd'hui, je suis un peu en convalescence (je ne vous parle même pas de mes pieds, libérés des bottes tueuses qui savourent une insouciance retrouvée et salvatrice!

Enfin bon, je passais juste pour vous signaler que je suis toujours dans les parages, que je garde un oeil sur vous, que je ne vous oublie pas... Que "Coucou, je suis encore là!", en somme!

Reves-sur-un-plateau.jpg 

Par Maguelone - Publié dans : Blablabla
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 août 2013 3 14 /08 /Août /2013 11:56

Ca y est, c'est le retour de vacances.

 

Fini le chapeau de paille vissé sur la tête, les lunettes de soleil sur le nez.
Fini le barbouillage de crème solaire (rapport à ma peau de rousse, tout ça-tout ça).
Fini le maillot de bain.
Fini les siestes au soleil.
Fini les ricochets sur le Tarnon.
Fini les câlins à mon filleul d'amour.
Fini les apéros qui commence à 17h30. Parce qu'à 17h30, je travaille. 
Fini les soirées qui se terminent à pas d'heure. Euh, non, pas fini! Juste pas tous les jours, disons! 

 

rateau Tarnon

 

Me voilà de retour à Paris. Et il va bien falloir que je m'y fasse.

 

Que je me remette au boulot

Que je me remette au sport

Que je fasse du rangement (et du tri) dans ma maison

Que j'apprenne à conduire (alerte future pilote de rallye! Ou pas...)

Que je reprenne un rythme un peu normal

Que je reprenne l'habitude du métro

Que je règle ces divers problèmes de paperasserie (mais en août personne ne peut me répondre: les bureaux sont désertés)

Que je prenne un peu ma vie en main

Que je ne me laisse plus abattre 

Que je me rachète des BD, parce que j'ai tout lu

Que je songe à retrouver des habitudes alimentaires saines. Se nourrir exclusivement de rosé-pamplemousse et de bière, parfois accompagné de chips et saucisson, c'est fini!

Que je réapprenne à surveiller l'heure de temps en temps. Et à jeter un oeil à mes mails souvent.

 

 

Et puis, Que je commence à prévoir mes prochaines vacances. On va quand même pas se laisser démonter par une rentrée, non?

 

Par Maguelone
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mardi 11 juin 2013 2 11 /06 /Juin /2013 18:44

Il est des artistes au sujet desquels mon objectivité peut être mise à mal. De ces artistes que j'admire tant et dont j'aime tant le travail qu'on peut en effet parfois douter de mon impartialité dans le jugement de leurs créations.

Il est vrai que la compagnie 3e étage (et son chorégraphe Samuel Murez) est de ceux-là.

Mais pour vous convaincre que malgré mon admiration pour eux, c'est parce que le spectacle est bel et bien génial que je vous dis qu'il est génial, je vous dirai simplement qu'il est souvent plus douloureux d'être déçu par ceux qu'on aime.

En somme, déçue, je ne l'ai pas été!


Désordres, spectacle vu deux fois en l'espace de même pas deux mois, mais dans des versions différentes, est un petit bijou. Ce n'est pas (seulement) par délire de groupie que j'y suis retournée, mais surtout par réel plaisir de spectatrice.

 

Desordres-Rueil.jpg

 

C'est beau, c'est drôle (si, si!), c'est technique, et c'est irréprochable. Il faut savoir que tous ces jolis danseurs font partie du ballet de l'Opéra de Paris. On n'a pas n'importe qui devant nous, je vous ferais dire!

On retrouve donc (évidemment?) la perfection et la discipline de l'Opéra, qui se mêle ici à l'univers un peu tordu et décalé du chorégraphe (si vous voulez mon avis, je le soupçonne un peu d'avoir une légère phobie de l'uniformité et du travail normalisé... Pas un peu dangereux pour un danseur de l'Opéra? Non, il mène parfaitement ses deux activités de front!)

 

Cette deuxième version, inédite, présente plus de pièces "classiques" et "sérieuses" que celle que j'avais vue à Puteaux. Le spectacle est donc un peu moins décalé que le premier, du moins au premier abord. Toute la construction du spectacle a été revue. Et même si je trouve personnellement un peu dommage d'avoir tant réduit le rôle du "maître du jeu/joker", on ne peut qu'être séduit par cette version "remasterisée".

 

3e-etage.jpg

 

La deuxième partie du spectacle reprend davantage les pièces que j'avais vues la première fois, dans leur décalage et leur humour. Dans leur prise de recul par rapport à la rigueur du spectacle et de la danse en particulier.

Et pourtant toujours avec le niveau et la qualité de l'Opéra de Paris. C'est fort comme ils arrivent à montrer leur technique et leur maîtrise tout en la tournant en ridicule, comme ils réalisent des pas parfaits sans en avoir l'air. (D'accord, en technique, je ne suis pas très calée, moi, mais quand même!!) Mention spéciale à ce niveau pour Quatre, pièce géniale où quatre danseurs rivalisent de technique et d'humour.

 

L'ensemble du spectacle est très visuel, presque cinématographique. Ce que revendique d'ailleurs le chorégraphe, qui touche aussi à la vidéo. Car oui, il est de ces gens qui sont à peine plus âgés que moi et qui font (bien) tellement de choses tellement belles !! A se dire que, décidément, on n'est vraiment pas tous égaux face au talent!

 

Le tout constitue un moment magique, hors du temps. A conseiller autant aux néophytes qu'au connaisseurs, tant il apporte une vision et une pratique différentes de la danse. (en tout cas de ce que j'ai pu voir)

A noter que les musiques sont aussi assez géniales (beaucoup de créations originales, me semble-t-il). Combinées à l'énergie et au plaisir d'être sur scène des danseurs, on voudrait que ça ne s'arrête jamais!

Et moi, franchement, il me faut quelque temps pour redescendre du petit nuage sur lequel il me hisse (là haut tout là haut au dessus du monde et de ses soucis!)

 

Vigliotti-Me2.jpg

 

Comme vous commencez à me connaître, vous savez sans doute qu'il est un peu tard pour prendre vos places. Sachez toutefois qu'au moment où je vous parle, il reste une représentation demain, mercredi 12 juin à 20h45 au Théâtre André Malraux de Rueil-Malmaison.
Et c'est là que ça passe: Désordres de Samuel Murez, 3e Etage
Ou en appelant directement le théâtre: 01 47 32 24 42

 

Et si mon article n'est pas assez clair: je ne saurais que trop vous conseiller d'y aller!!
Pour eux, pour moi, mais surtout pour vous!
(En vrai, "pour moi", non, ça ne changera rien pour moi. Je ne travaille ni pour eux, ni pour le théâtre, hein, promis!

Par Maguelone - Publié dans : Cinéma, télévision, et coups de coeur, ou pas - Communauté : Petits bonheurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 5 juin 2013 3 05 /06 /Juin /2013 11:37

Alors choisissez bien.


France 4 propose un concours de pilotes d'émission TV: le TVl ab.
On nous propose 8 pilotes d'émissions, le public a jusqu'au 4 juillet pour voter pour son préféré. L'équipe du pilote gagnant se verra alors offrir une diffusion sur l'antenne de France 4, et donc l'opporunité de développer son émission.


Pas que je veuille faire de la pub pour les copains, mais on y trouve On n'a pas fait le tour, écrit et réalisé par de jeunes Montpelliérains pleins de talent (l'un est comédien - bon, pour l'avoir vu sur scène - l'autre scénariste, réal, interprète et là cadreur - bon aussi, pour avoir vu ses films). C'est drôle, instructif, décalé et intéractif. On vote, les copains!
Dans la sélection des 8 finalistes, on trouve aussi un nom qui dira peut-être quelque chose à mes lecteurs assidus. Et pour cause, je vous en parlais ici . Dans By night, (projet écrit par le dit Molia, et produit/réalisé par ses soeurs), on vous propose de découvrir des villes de nuit, de manière alternative. Là aussi, c'est intéractif et connecté, puisque le programme utilise les QR codes pour proposer des chemins alterntifs dans le déroulé de l'émission. On peut aussi voter, les copains.

 

tvlab.jpg

 

Je n'ai pas encore regardé tous les pilotes. Je pense que globalement, il y a quand même du haut niveau.
Il y en a aussi qui ne me plaisent pas. Un que je trouve sans intérêt au premier abord, voguant sur une mode et n'apportant rien de plus. Mais je peux me tromper.
Et un autre que je n'aime vraiment pas (pour l'avoir regardé, celui-ci!). Pour lequel j'ai voté par inadvertance. Qui semble en passe de gagner...(bon, le concours est loin d'être terminé!) Je le trouve prétentieux, sans intérêt, coup d'épée dans l'eau et surtout "captain obvious" en puissance.
Bon, après, les gens votent pour lui, c'est que ça doit plaire. Moi je le trouve dénué de mesage neuf, sous ses airs de révolutionnaire . Enfin, ce n'est que mon avis.

Et que vous soyez d'accord avec moi, ou non, saisissez cette occasion de choisir votre programme. Une façon de se sentir un peu plus impliqué dans la télévision, et peut-être de choisir une télévision un peu moins formatée et idiote.

J'dis ça, j'dis rien.

En tous cas, ça se passe par là:

http://www.dailymotion.com/contest/tvlabfrance4 

Par Maguelone
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 20 avril 2013 6 20 /04 /Avr /2013 18:50

J'ai longuement hésité à faire cet article (comme le montre mon temps de silence sur ce blog!), et puis finalement... Soyons fou!

Je m'en viens donc vous parler de Sand Hugo Balzac*, qui joue en ce moment, et jusqu'au 27 avril, au Théâtre Clavel.

 

Affiche-SHB.jpg


Oui, je sais, il faudrait que j'apprenne à vous parler des spectacles avant la fin de leur programmation, ce serait bien plus facile pour vous permettre d'aller les voir... Je m'y attèle, promis!
Dites-vous au moins que pour celui-ci, il vous reste une semaine pour vous organiser et ne pas passer à côté.

 

Je crois que le titre est assez clair quant au sujet de la pièce. Mais pour les agités du fond de la classe et pour être sure que tout le monde suit bien, le résumé:

1830. Le jeune Victor Hugo se fait déjà le porte drapeau du romantisme, George Sand du féminisme et Balzac inaugure les prémices du réalisme.
Ces trois figures emblématiques de la littérature française qui ont parcouru le 19ème siècle avec ardeur et passion, se sont rencontrés, admirés et jalousés... Leurs échanges, leurs oeuvres et leurs correspondances sont ici le support d'une formidable aventure humaine, avec pour fond les incroyables bouleversements politiques, sociaux et littéraires de cette époque.
Féministes, Républicains, Monarchistes, mais avant tout Humanistes.
(cf Billetreduc, où vous trouverez, comme bien souvent, des places à tarif réduit!

 

La pièce couvre une longue période de la vie de ces trois auteurs phares de notre littérature, leurs succès et joies, leurs échecs et peines aussi, jusqu'à leurs morts respectives. Elle resitue aussi cette époque pleine de bouleversements. Et c'est intéressant - voire touchant - de les voir évoluer ensemble, s'aimer, se soutenir, se critiquer, se jalouser...

 

D'une durée d'1h15, cette pièce relativement courte se rend aussi accessible aux gens qui ont un peu peur du théâtre et des pièces de 3h (spéciale dédicace à ma cops "anti-théâtre"). C'est une pièce intelligente, instructive, très bien écrite, qui nous fait rire, aussi, grâce à certaines répliques bien placées.

 

La construction même de la pièce, servie par une jolie mise en scène et de jolis costumes, est assez originale et séduisante: aux moments de vie des auteurs viennent s'ajouter des extraits de leurs oeuvres. On peut ainsi y voir des extraits d'Hernani, de Notre-Dame de Paris, de On ne badine pas avec l'amour (écrit par Musset sur la base de son histoire avec Sand), ou y entendre des poèmes de Victor Hugo.

Probablement aussi un bon point pour les trois comédiens en scène qui peuvent ainsi "varier les plaisirs" en interprétant toute une palette de personnages.

 

J'ai aussi aimé la construction des personnages, notamment celui de Balzac, qui est peut-être le plus caractérisé. Mégalo et excentrique, c'est surtout celui qui a ma préférence! Il faut dire que le jeu des comédiens sert à la perfection ces personnages/personnalités et participe à les faire bel et bien exister sur scène.

 

J'avoue que du haut de ma grande inculture, je connais très peu Sand, assez peu Balzac, et seulement en partie Hugo (par exemple, cet Hernani dont on me parle désespérement, je ne l'ai jamais lu! Honte à moi!)

Si ce spectacle s'assume de la fiction, il est aussi le résultat d'un travail de recherche et de documentation, et intégre donc des vérités historiques et biographiques. Il paraît que tout n'y est pas tout à fait véridique historiquement: Sand et Hugo ne se seraient par exemple jamais rencontrés, même si l'éloge funèbre citée est, elle, bien historique.
A ne pas prendre comme un réel cours de littérature ou d'histoire, donc. Mais plutôt comme une initiation à la grande littérature et à la vie de ces trois auteurs essentiels, et une invitation à aller (re)lire leurs oeuvres et se plonger dans cette époque mouvementée de l'histoire littéraire et citoyenne de France. 

Et un joli hommage à ces grands auteurs, pour sûr.

 

 

*Sand Hugo Balzac, écrit et mis en scène par Manon Montel
Au Théâtre Clavel les jeudi, vendredi et samedi
Jusqu'au 27 avril
(En clair, oui, dépêchez-vous!

Par Maguelone - Publié dans : Cinéma, télévision, et coups de coeur, ou pas - Communauté : Petits bonheurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Sur Twitter, je vous raconte ma vie en temps réel

logo_twitter_withbird_1000_allblack.png

Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Maguelone sur Hellocoton
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés